Accueil » Produits » Biotiques immunité

Biotiques immunité

Biotiques Immunité, une nouvelle génération de biotiques à action immunitaire.

  • 30 gélules pour un mois d’utilisation
  • Bêta-glucanes + postbiotiques à l’efficacité cliniquement prouvée
  • Naturellement résistant à l’acidité gastrique
  • Sans gluten, sans produit laitier, sans soja, vegan
  • Conservation facile à température ambiante
VOTRE OPTION

27,00 

Biotiques immunité

Biotiques Immunité, une nouvelle génération de biotiques à action immunitaire.

  • 30 gélules pour un mois d’utilisation
  • Bêta-glucanes + postbiotiques à l’efficacité cliniquement prouvée
  • Naturellement résistant à l’acidité gastrique
  • Sans gluten, sans produit laitier, sans soja, vegan
  • Conservation facile à température ambiante
VOTRE OPTION

27,00 

Depuis sa création, UNAE s’engage pour créer les compléments alimentaires de la plus haute qualité, en transparence.

Le complément alimentaire Biotiques Immunité contient un mélange de bêta-glucanes de levure,d’un postbiotique issu de la bactérie lactique Lactococcus lactis et de fibres douces d’acacia.

Bêta-glucanes de levure, qualité Wellmune®

Pour Biotiques Immunité, le laboratoire UNAE a sélectionné les bêta-glucanes naturelsWellmune®. Ils sont issus de la paroi cellulaire d’une souche brevetée de levure de boulanger(Saccharomyces cerevisiae) et hautement purifiés.

Pourquoi opter pour des bêta-glucanes de levure ?

Les bêta-glucanes sont des glucides complexes naturellement présents chez divers êtres vivants comme les champignons, les levures, les bactéries, les algues, l’orge ou l’avoine. Leur structure moléculaire et leurs activités biologiques sont sensiblement différentes selon l’organisme dont ils émanent. 

Les bêta-glucanes provenant des céréales sont par exemple efficaces pour réguler la glycémie, en tempérant l’élévation du taux de glucose sanguin à la suite d’un repas. 

Pour élaborer Biotiques immunité, nous avons privilégié les bêta-glucanes extraits de levure, car ils ciblent spécifiquement les mécanismes de la réponse immunitaire. L’extrait se compose d’un mélange de bêta-1,3 et 1,6-glucanes. 

Un mode d’action unique

La manière dont les bêta-glucanes jouent leur rôle immunomodulateur a été élucidée grâce à des recherches menées en laboratoire. 

Lorsqu’ils sont consommés par voie orale, ils  résistent à la dégradation par les acides de l’estomac et atteignent l’intestin. Ils se fixent alors sur des récepteurs présents à la surface des macrophages, des cellules immunitaires de première ligne, présents au niveau des plaques de Peyer. Ces zones sont des agrégats de tissus immunitaires situés dans la muqueuse intestinale, qui jouent un rôle clé dans la défense contre les microbes pathogènes présents dans le tube digestif. 

Les macrophages sont alors activés, et peuvent migrer vers l’ensemble des tissus et organes du système immunitaire disséminés dans l’organisme (rate, thymus, ganglions lymphatiques, moelle osseuse…). Ils digèrent les bêta-glucanes en petits fragments ensuite expulsés, qui se lient à un autre type de cellules immunitaires, les neutrophiles. Leur action de défense est ainsi optimisée. 

 Les macrophages (en rouge) ingèrent les bêta-glucanes de levure (en vert) et les dégradent en petits fragments.
Les macrophages (en rouge) ingèrent les bêta-glucanes de levure (en vert) et les dégradent en petits fragments.

Les bêta-glucanes peuvent aussi être absorbés au niveau de l’intestin et atteindre la circulation sanguine pour exercer leurs bienfaits dans l’ensemble du corps. 

Les bêta-glucanes Wellmune® ont été l’objet d’études cliniques menées auprès d’échantillons de population de tout âge, sédentaires ou sportifs, soumis ou non à un stress psychologique.   

Soutien pour la pratique sportive

La pratique d’un sport s’accompagne d’une fragilisation temporaire de l’immunité. Dans ce cadre, plusieurs travaux ont comparé les effets des bêta-glucanes de levure Wellmune® par rapport au placebo. 

Deux études lors du marathon d’Austin (Texas), et une lors du marathon de Carlsbad (Californie), ont montré une diminution significative de la durée et de la sévérité des infections des voies respiratoires supérieures chez les participants qui ont consommé les bêta-glucanes. Plusieurs études plus générales ont confirmé cette observation, et mis en évidence d’autres marqueurs d’amélioration de l’immunité lors d’un stress physique intense. 

La consommation de Wellmune® est associée à une baisse de la sévérité des symptômes liés aux infections des voies respiratoires supérieures
La consommation de Wellmune® est associée à une baisse de la sévérité des symptômes liés aux infections des voies respiratoires supérieures

Alléger les méfaits du stress

Si les causes en sont différentes, le stress de la vie quotidienne s’apparente au stress physique pour l’organisme. Chez les personnes stressées, une diminution des infections des voies respiratoires hautes est également observée en cas d’administration de bêta-glucanes Wellmune®. 

Les études montrent aussi une amélioration des paramètres relatifs à l’humeur, mesurés par la méthode POMS (Profiles Of Mood States), qui est un outil cliniquement éprouvé pour évaluer l’état psychologique au moyen d’un questionnaire détaillé. Par rapport au placebo, les personnes stressées qui ont consommé Wellmune® ont bénéficié d’une amélioration significative de la vigueur, en parallèle d’une diminution de la fatigue, de la tension et de la confusion mentale. 

Tempérer les réactions allergiques

Les allergies sont provoquées par une réaction anormale du système immunitaire face à des substances généralement inoffensives comme les pollens, les acariens, des poils d’animaux ou des moisissures. L’administration de Wellmune® a montré sa capacité à réduire la survenue des épisodes allergiques comme leur intensité, par rapport au placebo. 

Fabrication de qualité

La fabrication des bêta-glucanes de levure Wellmune® suit un protocole rigoureux et étroitement contrôlé. Elle débute par la mise en culture de la levure boulangère dans un environnement nutritif optimal pour favoriser sa croissance. Un processus d’autolyse permet ensuite de libérer les parois cellulaires. La dernière étape consiste en une méthode de purification des bêta-glucanes à base d’eau, afin de les séparer des autres composants ides parois cellulaires. Elle permet ainsi d’obtenir un produit purifié et de haute qualité. 

Wellmune® ne contient pas d’allergène, d’OGM ou de gluten. Voici les analyses qualité du lot en cours : 

Microbiologie Résultats Limites 
Nombre de colonies aérobies/1g 210 cfu  ≤ 10 000 cfu 
Levures et moisissures/1g <10 cfu ≤100 cfu 
Escherichia coli/10g Absence Absence 
Salmonella Absence Absence 
Staphylococcus aureus/10g Absence Absence 
Coliformes/1g <3 cfu <3 cfu 
Métaux lourds 
Plomb 0≤0,2 mg/kg 
Arsenic 0≤0,2 mg/kg 
Cadmium 0≤0,1 mg/kg 
Mercure 0≤0,1 mg/kg 

Postbiotique Lactococcus lactis, qualité Immuse®

Biotiques Immunité contient un autre ingrédient essentiel, Immuse®. Il s’agit d’un postbiotique issu de la souche bactérienne Lactoccus lactis JCM5805 inactivée. 

Les avantages d’un probiotique, la stabilité en plus

Immuse® contient des cellules bactériennes qui ont été neutralisées par la chaleur. Il s’agit ainsi d’un postbiotique, plutôt que d’un probiotique traditionnel élaboré à base de bactéries vivantes. 

Cette caractéristique améliore sa stabilité au cours du temps, lui permettant d’être conservé à température ambiante sans perte d’efficacité. De plus, il est résistant à l’environnement hostile du tube digestif lors de la consommation. Bien que les bactéries qu’il contient soient inactivées, Immunse® affiche des propriétés biologiques fondamentales pour l’immunité. 

Activation du chef d’orchestre de l’immunité

Le mécanisme d’action d’Immunse® repose sur sa capacité à activer les cellules dendritiques plasmacytoïdes (pDC), au rôle pivot dans la réponse immunitaire. 

Elles sont en effet capables de détecter rapidement la présence au sein de l’organisme d’agents pathogènes, les virus notamment. Elles sécrètent alors des messagers, les interférons, qui se diffusent dans le sang et permettent de recruter d’autres cellules immunitaires. Elles jouent ainsi un rôle de coordination clef pour combattre les infections. 

Un produit validé cliniquement

Les effets d’Immuse® ont été étudiés lors d’une quinzaine d’essais cliniques publiés à ce jour. Deux d’entre eux ont concerné sa sécurité, mettant en lumière l’absence de changements anormaux au niveau physique, sanguin ou urinaire. Et ce, même pour l’utilisation d’une dose excessive de 250 mg/jour, alors que la dose conseillée est 5 fois plus faible. 

Les autres études ont mis en lumière ses bienfaits sur l’immunité, notamment en cas de rhume ou de grippe, chez des adultes ou des enfants. Ils pourraient également concerner les sportifs, comme le suggèrent les données obtenues à l’issue d’une supplémentation à base de 50mg par jour pendant deux semaines chez de jeunes pratiquants. Elle a conduit à l’activation des pDC, attestée par une élévation de la quantité d’un témoin de ce phénomène (la molécule CD86). En conséquence, elle a  exercé une protection contre les infections respiratoires supérieures et allégé la fatigue associée à une période d’entraînement intense. 

Augmentation de l’expression de CD86
Augmentation de l’expression de CD86, marqueur de l’activation des pDC, après 14j de supplémentation avec Immuse®.  

Procédé de fabrication

La première étape de la production d’Immuse® consiste à multiplier la souche de Lactococcus lactis en utilisant un milieu de culture approprié. Elle en est ensuite séparée par centrifugation. Ce processus est réitéré plusieurs fois avec de l’eau afin de purifier la souche. Elle est ensuite pasteurisée à haute température, avant d’être séchée au moyen d’un séchoir par pulvérisation. 

Procédé de fabrication d'immuse

Analyse qualité

Immuse® est un produit de grande pureté, sans résidus de solvant, allergène, OGM, pesticides ou nanomatériaux. Il n’a pas été irradié ni exposé à l’oxyde d’éthylène. 

Le lot en cours contient 4,1 x 109/mg de cellules bactériennes thermiquement inactivées, une valeur qui ne doit jamais descendre en dessous de 2,8 x 108/mg. Il répond aux exigences fixées pour les métaux lourds et la microbiologie : 

Résultats Spécifications 
Métaux lourds <20ppm <20ppm 
Plomb <0,4 ppm <0,4 ppm 
Arsenic <0,2 ppm <0,2 ppm 
Nombre total de colonies 20 cfu/g <3000 cfu/g 
Coliformes Négatif/0,1g Négatif/0,1g 

Le système immunitaire, gardien de notre équilibre

Le système immunitaire correspond à l’ensemble complexe de cellules, tissus et organes qui travaillent de manière coordonnée pour assurer la protection de l’organisme contre diverses menaces.

Elles apparaissent sous les traits d’agents pathogènes étrangers comme les virus, les bactéries et les parasites, ou de cellules ayant subi une transformation anormale, devenues cancéreuses. 

Mécanisme de défense innée et acquise

Il est possible de distinguer deux grands types d’immunité, l’immunité innée, présente dès la naissance, et l’immunité acquise, ou adaptative, qui se forge tout au long de notre vie. 

L’immunité innée est la première ligne de défense de l’organisme face aux microbes, elle se met en place très rapidement dès qu’une menace est identifiée.

Les principales cellules impliquées comprennent les macrophages, les neutrophiles et les cellules Natural Killer (NK). Ces globules blancs peuvent s’attaquer directement aux agents pathogènes, sans avoir besoin de connaître leur identité spécifique. 

L’immunité acquise est une forme plus spécialisée, qui nécessite une exposition préalable à un agent pathogène particulier pour devenir active. Elle permet une réponse adaptée à la nature de l’intrus, mais qui prend plus de temps pour se déployer.

Ses principaux acteurs sont les lymphocytes T et les lymphocytes B. Les lymphocytes T jouent un rôle clé dans la destruction des cellules infectées tandis que les lymphocytes B produisent des anticorps hautement spécifiques.

Ces protéines peuvent neutraliser les toxines et marquer les agents pathogènes, en vue de leur élimination par d’autres cellules immunitaires. 

Vue d’ensemble des globules blancs de l’immunité innée et acquise
Vue d’ensemble des globules blancs de l’immunité innée et acquise

Les liens étroits entre intestin et immunité

L’intestin et le système immunitaire entretiennent une relation étroite, fondamentale pour entretenir notre santé globale. 

Cet organe digestif abrite environ 70% à 80% des cellules immunitaires totales du corps humain. Elles sont chargées de surveiller en permanence le flot de molécules qui y transitent quotidiennement, dont certaines peuvent s’avérer néfastes l’organisme. 

L’intestin contient des structures de surveillance immunitaire, localisées dans la muqueuse qui tapisse sa paroi, les plaques de Peyer. Au nombre de 30 à 40, elles sont principalement présentes au niveau de la partie terminale de l’intestin grêle. Elles abritent différents types de cellules immunitaires comme les lymphocytes B et T et les cellules dendritiques. Ces dernières déploient leurs longs prolongements pour capter les micro-organismes transitant dans l’intestin. Elles les réduisent en fragments qu’elles présentent à leur surface. Ils pourront de cette manière être identifiés par les lymphocytes, induisant une réponse immunitaire ciblée et efficace. Ces cellules dendritiques jouent ainsi un rôle crucial de sentinelle capable d’activer les autres cellules de défense. 

Les bienfaits du microbiote intestinal sur l’immunité

Au niveau du côlon, l’intestin héberge une vaste communauté de micro-organismes (bactéries, virus, archées, levures, champignons…) avec laquelle nous vivons en symbiose, le microbiote intestinal. 

Tolérance aux composés inoffensifs

Le microbiote intestinal joue un rôle important dans la maturation et le fonctionnement du système immunitaire. Il contribue à l’éduquer dans les premières années de vie, lui apprenant à discriminer les bactéries alliées et ennemies. Il est essentiel pour l’acquisition de la tolérance orale aux antigènes alimentaires. Les aliments sont en effet des corps étrangers à l’organisme, mais ne doivent pas être identifiés comme une menace par le système immunitaire. Les allergies alimentaires résultent d’un dysfonctionnement de ce processus. 

Protection de l’hôte

Les bactéries du microbiote intestinal exercent une protection de notre organisme contre les infections, qui complète l’action du système immunitaire. 

Elles renforcent la fonction de barrière intestinale et entrent en concurrence avec les microbes pathogènes pour l’accès aux nutriments et aux sites d’adhésion à la muqueuse, freinant de cette manière leur multiplication. 

Elles peuvent également produire des composés qui détruisent les bactéries pathogènes, les bactériocines. L’une d’elles, la nisine produite par la bactérie probiotique Lactococcus lactis, est d’ailleurs utilisée comme additif pour conserver des aliments. 

Les bactéries alliées stimulent aussi la fabrication de peptides antimicrobiens par les cellules de l’intestin. Les espèces lactiques provoquent une acidification du milieu, qui compromet le développement des pathogènes. 

Certaines membres du microbiote intestinal sont en mesure de générer des métabolites d’intérêt, les acides gras à courte chaîne. Parmi ceux-ci, le butyrate favorise le développement des lymphocytes T régulateurs. Cette classe de globules blancs tempère la réponse immunitaire et permet de prévenir les inflammations chroniques, les réactions allergiques ou de nature auto-immune. 

Enfin, les bactéries peuplant le microbiote peuvent moduler l’activité des cellules de l’immunité innée comme les cellules dendritiques, qui vont ensuite activer les lymphocytes.   

Le microbiote intestinal renforce la protection contre les microbes et parasites pathogènes.
Le microbiote intestinal renforce la protection contre les microbes et parasites pathogènes.

Les probiotiques, alliés de nos défenses naturelles

Au vu de ses bienfaits sur notre système immunitaire, l’équilibre du microbiote apparaît crucial pour entretenir nos défenses naturelles. Pourtant, il peut être mis à mal à la suite d’un traitement antibiotique, en cas de stress ou de déséquilibre alimentaire. 

Dans ce cas, il peut être utile d’augmenter sa consommation d’aliments fermentés et de recourir à un complément à base de probiotiques. Selon la définition de l’OMS, il s’agit de «micro-organismes vivants qui, lorsqu’ils sont administrés en quantité suffisante, confèrent un bienfait pour la santé». Il existe également des postbiotiques, qui présentent des bienfaits similaires tout en étant moins fragiles. 

Privation de probiotiques alimentaires, chute de l’immunité

Les aliments fermentés comme le yaourt, le fromage, la choucroute ou les cornichons font partie du régime alimentaire de la plupart d’entre nous. Une étude a été menée pour déterminer les conséquences de leur éviction pendant deux semaines. Elle s’est traduite par une diminution de la quantité de certaines bactéries dans l’intestin, les lactobacilles notamment, révélée par l’analyse des selles. La concentration en d’acides gras à courte chaîne a elle aussi décliné. 

Des conséquences directes ont pu être observées sur l’immunité : les globules blancs sont devenus moins aptes à effectuer la phagocytose, augmentant potentiellement la vulnérabilité face aux infections. 

Toutefois, cette baisse de l’immunité a pu être contrecarrée par l’administration d’un supplément contenant les souches Lactobacillus gasseri CECT5714 et Lactobacillus coryniformis CECT5711. La consommation d’un yaourt s’est avérée utile, mais moins efficace que le complément alimentaire probiotique. 

Réciproquement, d’autres travaux ont mis en évidence les bienfaits d’un régime alimentaire riche en produits fermentés sur la réponse immunitaire. Il améliore la diversité microbienne de l’intestin et provoque une baisse du niveau des marqueurs d’inflammation

Les bêta-glucanes, des fibres aux propriétés atypiques

Les bactéries du microbiote intestinal ont besoin de ressources pour exercer leurs bienfaits. Elles utilisent principalement les fibres provenant des aliments d’origine végétale que nous consommons, mais que nous ne sommes pas en mesure de digérer. Parmi ces prébiotiques, les bêta-glucanes représentent un avantage tout particulier pour l’immunité. 

Des composés d’origine naturelle

Les bêta-glucanes représentent une famille de fibres composées d’une chaîne de molécules de D-glucose reliées entre elles : on parle de polymère du glucose. Constituant des parois cellulaires, on les rencontre chez des organismes très divers comme les bactéries, les algues, les céréales, les champignons et levures.

Ils jouent à la fois un rôle structurel et servent au stockage d’énergie. Ils peuvent être segmentés en différents groupes selon la nature de leurs liaisons chimiques, qui détermine leur conformation spatiale. 

Source Structure  
Bactérie bêta-1,3-glucanes linéaires
Céréale bêta-1,3/1,4-glucanes linéaires
Champignon bêta-1,3/1,6-glucanes courts
Levure bêta-1,3/1,6-glucanes longs
Selon leur provenance, les bêta-glucanes présentent des structures différentes

De puissants immunomodulateurs

Les bêta-glucanes 1,3 et 1,6 exercent des effets modulateurs sur l’immunité, aussi bien dans sa composante innée et qu’adaptative. Ils sont en effet en mesure de se lier avec différents récepteurs présents à la surface de différentes cellules immunitaires comme les cellules dendritiques, les monocytes, les neutrophiles et les macrophages. 

Le plus important est le récepteur Dectine-1. Son activation stimule la phagocytose, qui permet à certaines cellules immunitaires d’engloutir leurs cibles. Elle promeut également la production de radicaux libres, des substances très réactives capables de détruire les agents pathogènes. La liaison des bêta-glucanes à leurs récepteurs conduit par ailleurs à la sécrétion des cytokines, des messagers qui assurent la mobilisation des défenses du corps. 

Schéma présentant l'activation de la réponse immunitaire par les bêta-glucanes. 
Activation de la réponse immunitaire par les bêta-glucanes. 

Ingrédients

Bêta-glucanes purifiées de levure Wellmune® (Saccharomyces cerevisiae), fibres d’acacia*, postbiotiques Lactococcus lactis strain Plasma (Immuse®), enveloppe de la gélule : pullulan (tapioca).

* Ingrédients issus de l’agriculture biologique.

IngrédientsApports journaliersValeur nutritionnelle de référence
Bêta-glucanes purifiées de levure Wellmune® (Etats-Unis)250 mg N/A
Lactococcus lactis strain Plasma IMMUSE® (Japon)50 mgN/A

Conseils d’utilisation

Prendre 1 gélule par jour avant un repas. Ce produit est conçu pour pouvoir être pris tous les jours et toute l’année.

Précautions d’emploi

Ne pas dépasser la dose journalière recommandée. Les compléments alimentaires ne peuvent être utilisés comme substituts d’un régime alimentaire varié et équilibré et d’un mode de vie sain. Tenir hors de portée des jeunes enfants. A conserver dans un endroit frais et sec. Déconseillé aux enfants. Prendre un avis médical en cas de grossesse ou d’allaitement.

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Seuls les clients connectés ayant acheté ce produit ont la possibilité de laisser un avis.

COMPTE
PRODUITS
0
'